Notre histoire


La vision du fondateur

  

Photo du fondateur


La consommation

Issu d’une formation en écoles d’hôtellerie, j’ai toujours su apprécier les bonnes choses de la vie.

Au cours de ma carrière, j’ai travaillé pour les plus grands palaces suisses, mais aussi pour de petits restaurants et hôtels, où il faut faire preuve de polyvalence.

Constamment guidé par mon envie d’apprendre, je me suis orienté vers le recrutement hôtelier, en intégrant une multinationale en tant que responsable d’un département.

En 2006, mon fils venait au monde et c’est à partir de ce moment-là que tout a changé pour moi.

Bien que je m’épanouissais d’un point de vue professionnel, j’ai souhaité tout mettre en œuvre pour offrir à mon fils un monde meilleur.

J’ai commencé à modifier mes habitudes de consommation, sans pour autant devenir radical dans mes choix. Le premier pas vers ce changement a été l’achat de la première voiture réellement hybride.

En effet, j’ai réalisé au cours de ma réflexion que je demandais toujours aux autres de devenir meilleurs. Mais une transition écologique commence d’abord par soi-même. Je devais alors devenir acteur de la transition qui se profilait.

La consom'action

J’avais la possibilité de changer les choses à travers des choix de consommation plus durables et ainsi aspirer aux industriels l’envie de suivre cette même voie.

Je mesurais le rôle que nous devions tous avoir dans cette transition écologique. En changeant nos habitudes de consommation bien sûr, mais aussi en montrant à travers celles-ci notre volonté de changement. Mon choix de changer de véhicule pour une option plus respectueuse de l’environnement pouvait aussi s’appliquer à tout type de segment de marché, mais aussi à tout type de personne. En plus d’aider ma famille, je décidais d’œuvrer pour les générations futures, en développant des technologies alliant efficacité, économie et écologie.

Issu du milieu de l’hôtellerie, je réalisais alors que plus de 48 mégatonnes de nettoyants et désinfectants chimiques étaient produites tous les ans, pour être déversées presque aussitôt dans l’eau. Plusieurs professionnels avaient déjà entrepris de changer les choses, mais aucun ne prenait le problème à bras le corps, en se penchant sur le concept.

Après plusieurs essais et plusieurs business models, j’ai entrepris de créer aquama® en 2013, avec pour objectif de répondre à ce que j’appelle les « 3 E » du développement durable.

J’ai réuni une équipe constituée de professeurs en biochimie et en biophysique, de techniciens, de fabricants, de diplômés EPFL, d’investisseurs et de passionnés, tous animés par des valeurs éthiques et humaines et caractérisés par des compétences exceptionnelles. C’est ainsi que les premières machines aquama® ont été conçues.

Après avoir investi beaucoup de temps en Recherche & Développement, nous avions à présent l’assurance de pouvoir remplacer plus de 80% des produits issus de la pétrochimie utilisés chaque jour, par des solutions détergentes et désinfectantes à base d’eau, de sel et d’électricité.

L’objectif est simple : permettre au plus grand nombre (entreprises comme particuliers), d’utiliser des solutions de nettoyage économiques et efficaces et de réduire leur empreinte carbone.

aquama® était né.

La prosommation

Toutefois, je réalisais assez rapidement que la clé qui nous permettrait d’améliorer nos habitudes résidait dans le modèle d’affaires.

En effet, les premiers pas n’étaient pas aisés et il était difficile pour beaucoup de concevoir que l’on pouvait remplacer des produits issus de la pétrochimie par une solution à base d’eau légèrement salée et électrifiée, produite par une machine directement chez soi ou en entreprise.

Dans un premier temps, nous avons entrepris de vendre les solutions auprès de clients renommés : l’Aéroport de Genève et le Comité Olympique. Puis, nous avons réduit la taille des machines, ainsi que leur prix.

Après avoir touché les secteurs hospitaliers, hôteliers et aériens, nous avons commencé à nous attaquer au marché des particuliers.

En 2016, QoQa nous donnait l’opportunité de lancer la toute première Freedom®, qui a révolutionné le ménage à la maison.

Puis, Manor a pris le relai. Dans le cadre de leur politique d’amélioration de leur objectif environnemental, ils ont permis à toutes les familles Suisses de faire un premier pas vers un mode de consommation plus durable.

Début 2017, aquama® lançait son premier distributeur exclusif en France, donnant ainsi aux Français la possibilité de nous aider dans cette transition. La Freedom® était un succès. Plusieurs milliers de crèches rejoignaient l’aventure, revoyant entièrement leurs process de nettoyage pour s’équiper de machines aquama®. Le changement pour les générations futures avait débuté.

Le marché des particuliers était réceptif à cette transition, aspirant les entreprises à modifier leurs habitudes à leur tour, mais je voyais encore plus loin.

Chaque difficulté technique était une opportunité de s’améliorer. Et c’est toujours avec brio que les équipes d’aquama relèvent chaque défi.

Nous nous sommes concertés chez aquama® et avons réfléchi à un business model qui, en plus de changer les habitudes de consommation, permette à tous de partager et de gagner économiquement.

C’est ainsi que la Falcon R® d'aquama® est née.

En parallèle, nous avons également conçu une application, afin de permettre aux entreprises et aux particuliers de se réapprovisionner en solution sur toutes les machines aquama® en libre-service.

Ainsi, nous réduisions drastiquement la logistique par rapport à la pétrochimie, en permettant à tous de faire le plein de solution là où ils se trouvent.

Toujours dans l’idée de réduire l’impact carbone de nos machines, j’ai demandé aux équipes de supprimer les adoucisseurs des machines, de réduire leur taille et de ne pas mettre de connexion internet sur celles-ci.

Aujourd’hui, tout le monde peut se réapprovisionner en solution près de chez lui, grâce aux solutions aquama®. Grâce au principe d’économie circulaire, ancré au cœur même des technologies aquama® et de notre application, notre impact carbone s’en trouve fortement réduit.

Ainsi, chaque machine vendue est rentabilisée, puisque le client devient à la fois consommateur, producteur de solution et également distributeur (le prosumérisme).

Le Futur

Je crois fermement que nous sommes en mesure d’améliorer nos conditions de vie, tout en réduisant notre impact environnemental. Tout d’abord via le choix des matériaux que nous utilisons, leur approvisionnement mais aussi via notre business model.

Ce ne sont pas les projets qui manquent. Tout laisse à penser que les technologies liées aux matières premières, à l’électricité, à l’air et à l’eau se développeront davantage. Nous avons pour ambition de faire évoluer chaque segment de marché, tout en respectant les 3 piliers fondateurs d’aquama® : l’efficacité, l’économie et l’écologie.

Ainsi, j’ai l’espoir que nous pourrons continuer à bâtir un monde meilleur pour nos enfants, pour les générations futures, mais aussi pour nous-même. C’est à nous tous d’ouvrir la voie, nous ne pouvons plus l’ignorer.

Humblement, je ne suis pas certain que ma vie suffira, mais grâce à Dieu, je suis bien entouré.

Willy Lionel Pomathios

Menu

Menu